Ce qu'ils ont dit

Une amie bienveillante m'écrivit, sur la fin d'un gros chantier collectif auquel elle participait :

« J'espère que vous allez quand même prendre quelques jours de libres, et laisser un peu de côté tout ce travail qui vous donne satisfaction, mais qui vous tuera finalement. »

J'ai survécu.